ADAC tchad

South African Airways refuse de mourir

Publié le:  mercredi, 13.05.2020

La compagnie aérienne South African Airways continuera en mai et au-delà de proposer des vols de rapatriement et de fret, malgré l’annonce d’un arrêt des opérations le weekend dernier.

Alors qu’on la croyait vouée à la disparition avec arrêt de toutes activités le 8 mai 2020 et annonce du gouvernement d’un projet de relance d’une nouvelle compagnie nationale, un tribunal a tout arrêté : saisie par des syndicats, la cour a décrété illégal le plan de licenciements annoncé en avril, qui prévoyait le départ de tous les employés pour éviter une faillite. South African Airways, clouée au sol depuis le 27 mars pour cause de pandémie de Covid-19, a dans la foulée déclaré dans un communiqué qu’elle poursuivra donc ses vols de rapatriement et de fret « au moins tout au long du mois de mai », et « honorera tous les engagements existants de fournir des services de transport aérien à ses clients et toute autre demande qu’elle recevra ». SAA précise qu’elle travaille avec les gouvernements, local et étrangers, et a reçu « plusieurs » demandes de rapatriement à travers l’Afrique, les Amériques, le Moyen-Orient, l’Extrême-Orient et le Royaume-Uni. « Tant que de telles demandes seront reçues, SAA s’efforcera de les satisfaire », souligne-t-elle.

Les syndicats NUMSA pour les mécaniciens et SACCA pour le personnel de cabine ont déclaré victoire contre des licenciements « injustes », la Fédération des syndicats sud-africains expliquant dans un communiqué qu’il a « toujours été irrationnel et illogique » que les administrateurs précipitent les licenciements « sans produire au préalable un plan de sauvetage ». Les administrateurs de la compagnie de Star Alliance devraient faire appel de la décision du tribunal, estimant que les licenciements (et les économies inhérentes) sont le seul moyen d’éviter la faillite ; leur plan de restructuration doit être dévoilé à la fin du mois.

Après une nouvelle vague de restructuration annoncée en février dernier par une South African Airways déjà en mauvaise posture, qui impliquait des coupes sombres dans le réseau au départ de sa base à l’aéroport de Johannesburg-OR Tambo, le ministre des Entreprises publiques Pravin Gordhan avait refusé de lui venir en aide financièrement. Dans le rouge depuis 2011, la compagnie sud-africaine est sous perfusion depuis des années et soumise à des interventions politiques sans fin. (Air Journal, photo: SAA sur twitter)