ADAC tchad

Sécurité aérienne : une année en trompe-l’œil

Publié le:  mardi, 17.01.2017

crashcolombieAlors que le transport aérien régulier mondial va franchir pour la première fois cette année le cap des 4 milliards de passagers transportés, les différents indicateurs de l’OACI liés à la sécurité sont tous au vert. 2016 n’aura en effet connu que 6 accidents mortels* sur 85 occurrences constatées, totalisant seulement 179 décès pour les vols commerciaux réguliers.

Évidemment, en prenant en compte l’ensemble des vols effectués par des avions civils de plus de 5,7 tonnes, le bilan est logiquement plus lourd, mais il reste à un niveau qui la fera aussi figurer parmi les toutes meilleures années de l’histoire, avec seulement 9 accidents mortels et moins de 270 victimes.

Il y aura certes aussi eu de très grosses frayeurs, par exemple les deux coques de Triple Sept perdues à Singapour et à Dubaï, ou encore l’explosion non contenue d’un CF6 sur un 767 au décollage à Chicago, mais fort heureusement, ces accidents auront connu une issue particulièrement heureuse.

Pourtant, ces bons résultats sont incontestablement en trompe-l’oeil. Des pratiques d’un autre âge sont par exemple venues noircir le tableau en Amérique latine avec les catastrophes de LaMia et Aerosucre en Colombie. Que penser également du nombre toujours élevé de sorties de pistes en Indonésie, alors que le pays s’est hissé en catégorie 1 dans le classement IASA de la FAA mais que l’Europe peine toujours à considérer comme vraiment conforme avec les normes de sécurité internationales.

L’Europe n’est d’ailleurs pas en reste avec des manquements répétés constatés dans certains pays au niveau de la sécurité aérienne, par manque de moyens alloués, ce qui a conduit l’EASA à imaginer un mécanisme d’urgence qui pourrait permettre à la Commission de décider de la substituer à une autorité nationale défaillante.

On l’aura compris, l’année 2016 aura été une année particulièrement sûre, mais il reste encore beaucoup à faire. (Journal de l’Aviation, photo : Policía Nacional de Colombia)

(*) La tragédie du vol Egyptair 804 entre Roissy CDG et Le Caire est considérée, jusqu’à preuve du contraire, comme un accident, en dépit des divergences apparues entre les autorités égyptiennes et françaises.