ADAC tchad

Réduction des coûts : les compagnies africaines s’engagent à se tourner vers le commerce électronique

Publié le:  jeudi, 16.11.2017

Les responsables de l’aviation mondiale ont convenu mardi d’appliquer un « programme de très forte réduction des coûts » par l’adoption du commerce électronique et d’accroître leurs revenus-voyageurs.

Les dirigeants de l’aviation mondiale, dont les présidents directeurs généraux de différentes compagnies aériennes internationales et africaines, étaient réunis à Kigali, au Rwanda, pour la 49ème assemblée générale annuelle (AGA) et le sommet de l’Association des compagnies aériennes d’Afrique (AFRAA).

Le dernier rapport de l’Association internationale du transport aérien (IATA) indique que si le transport aérien se développe en Afrique, avec une croissance significative ces dernières années, un des principaux défis dans ce secteur est que les actionnaires ne sont pas rémunérés correctement après avoir pris le risque d’investir leurs capitaux pendant des années. La raison de cette situation étant que les retours sur investissement dépendent des modifications dans la structure et le comportement des compagnies.

En s’exprimant en marge de la réunion de quatre jours à Kigali, le directeur régional de l’Organisation de l’aviation civile internationale (ICAO) pour la région d’Afrique de l’Est et Australe (ESAF), Barry Kashambo, a souligné que les compagnies aériennes africaines doivent envisager des approches innovantes afin de réduire les coûts face à la concurrence croissante sur le marché continental.

En mettant en place un pôle de commerce électronique englobant tous les moyens logistiques utilisant tous les canaux numériques, les compagnies aériennes africaines pourraient rendre plus rentable chaque étape du voyage de ses clients.

En outre, les responsables de l’aviation ont également insisté sur la nécessité de faire face à l’incapacité de certaines compagnies aériennes à rapatrier la totalité des fonds que rapportent leurs activités.

« Il ne serait pas réaliste d’espérer que les compagnies aériennes investissent et mènent des activités dans des pays où elles ne peuvent pas récupérer la totalité des paiements pour leurs services », a déclaré Pierre Louis Chouette, le responsable régional des ventes et de la gestion comptable d’Amadeus, un fournisseur international de solutions technologiques et de distribution pour les compagnies aériennes.

D’après les estimations de l’IATA, sur les cinq principaux pays qui bloquent le rapatriement des fonds des compagnies aériennes, la majorité est située en Afrique – Nigeria, Soudan, Egypte et Angola.

Au cours de la réunion de Kigali, les responsables de l’aviation mondiale ont également souligné que l’adoption du commerce électronique dans le secteur africain de l’aviation devrait être menée de concert avec un investissement régulier dans des infrastructures modernes et efficaces pour son adaptation à la croissance à venir du trafic. (pana)