ADAC tchad

Airbus peut désormais livrer ses avions avec du carburant durable

Publié le:  vendredi, 02.06.2017

C’est une première mondiale au niveau des avionneurs. Airbus offre désormais à ses clients la possibilité de rapatrier leurs nouveaux appareils avec un mélange de Jet-A1 classique et de carburant durable. Ce biokérosène est le fruit du partenariat entre Total et la société californienne Amyris.

Le 15ème Airbus A350-900 de Cathay Pacific (B-LRP, MSN 101), livré ce jour à Toulouse, est actuellement en train de se préparer pour rejoindre Hong Kong avec un mélange de carburant comprenant 10% de biocarburant dans ses réservoirs. Mieux, tous les A350 de Cathay Pacific ont été livré avec ce même mélange depuis le vol de convoyage de son premier exemplaire en mai 2016.

« C’est une étape majeure pour Airbus et une première pour la livraison régulière des nouveaux avions. Cela nous permet de démontrer que les biocarburants destinés à l’aviation sont aujourd’hui une réalité » annonce Frédéric Eychenne, en charge des Nouvelles Énergies chez Airbus.

« Nous visons maintenant à étendre cette initiative à tous nos sites de livraison, au plus près de nos clients » a-t-il ajouté. L’avionneur européen prévoit en effet que cette possibilité soit aussi disponible depuis ses installations de Finkenwerder (Hambourg) et de Mobile (USA) à partir de l’année prochaine.

Le concept de vol de livraison utilisant un mélange de carburant durable a initialement été imaginé par Cathay Pacific en 2015. Airbus et Total ont mis en place la chaîne d’approvisionnement à Toulouse l’année dernière et l’option est pleinement disponible aux opérateurs depuis cette date.

Pour Airbus, l’objectif est de continuer à réduire l’empreinte carbone de chaque vol en commençant par la livraison de l’avion. « Dès le premier jour d’opération, une compagnie aérienne peut clairement démontrer son objectif de réduction des émissions de dioxyde de carbone, contribuant ainsi à respecter les engagements de la communauté internationale de l’aviation civile » a expliqué Frédéric Eychenne. (Journal de l’Aviation, photo : Cathay)